Dirige ta vie

Prends le contrôle de ton évolution et deviens l'architecte de ta vie

[article invité] Comment vaincre la timidité

Aujourd’hui, j’ai l’honneur d’accueillir Thibault Gavoty sur mon blog. C’est un auteur et blogueur que j’ai rencontré à Bruxelles lors d’un séminaire. Il est passionné par la lecture et a su vaincre ou plutôt faire de sa timidité une alliée et non pas un frein, grâce à quelques clefs que vous retrouverez dans son article. Vous apprendrez donc, comment il a su diriger sa vie ! 🙂


Voilà une question qui revient très souvent ! Comment vaincre la timidité ? Avant de se lancer tête baissée dans une solution toute trouvée, il faut déjà bien comprendre ce qu’est la timidité et comment l’aborder.

La timidité, qu’est-ce que c’est ?

La timidité est une crainte. Un ressenti personnel qui pousse à une forte réserve. Un repli sur soi voire carrément un sentiment de panique.
Ça ne peut apparaître qu’en société. Je pense qu’on est tous d’accord pour dire que quand on est dans sa chambre tout seul, la timidité ne se manifeste pas. Pour être intimidé, il faut être en contact avec des gens, mais pas n’importe lesquels.

Si vous vous adressez à un quelqu’un que vous fréquentez tous les jours, vous n’allez pas être intimidé. Surtout si vous parlez dans un lieu qui vous est familier et que vous parlez de vos sujets de conversations habituels.
Vous êtes dans votre zone de confort, et ici, en principe, ça va. La timidité ne se manifeste pas. (Et encore que ! Ça peut arriver. Je vais y revenir.)

Quand est-ce qu’elle se manifeste ?

La timidité va commencer à se manifester quand vous êtes dans une situation inhabituelle. Si vous devez téléphoner à un inconnu. Quand vous êtes face à un patron dans un entretien d’embauche. Lorsque vous remarquez une femme ou un homme qui vous plait et qu’une partie de vous a envie d’aller lui parler.
Dans ces situations, la timidité peut apparaître. C’est quelque chose de naturel, de normal. Si vous ressentez de la timidité, c’est que vous n’êtes pas un psychopathe. Donc c’est plutôt bon signe !

La timidité maladive.

Par contre, si vous la laissez diriger votre conduite, vous vous transformez en timide maladif. Là ça pose problème car ça va vous handicaper. Socialement vous allez vous fermer au point de ne plus du tout réussir à parler à qui que ce soit.

C’est quelque chose qu’il faut résoudre, car plus vous allez vous fermer aux gens, et moins vous serez à l’aise. Vous entrez dans un cercle vicieux qui vous fera avoir peur des gens, même de vos proches. Vous allez paniquer pour des situations de plus en plus nombreuses et votre zone de confort va se réduire.

Voici ce qu’il ne faut PAS faire !

Comment vaincre la timidité ? De quelle manière aborder un inconnu quand on a peur ? Quelle est la technique pour devenir un super-séducteur alors qu’on ose à peine aller acheter une baguette de pain à la boulangerie ?


Voilà la mauvaise méthode ! Je vous présente les questions auxquelles les timides cherchent à répondre. Ce sont précisément ces questions-là qui peuvent vous pousser à rester timide toute votre vie. Pourquoi ?

En cherchant à faire disparaître votre timidité, ou en cherchant à l’ignorer, vous n’allez faire que la développer. La timidité est une crainte qui survient dans une situation inhabituelle. C’est un signal, qui vous dit « Attention ! Danger ! » Encore une fois, c’est quelque chose de naturel, même sain !

Donc quand votre cerveau vous dit « Attention ! Danger ! » si vous lui répondez « Je ne t’écoute pas ! Je veux plus être timide ! » alors votre cerveau va envoyer des signaux de plus en plus fort jusqu’à vous faire bafouiller, trembler, paniquer et partir en courant.

Je le répète, ceci est la mauvaise méthode.

Ignorer votre timidité, c’est quelque chose qui ne faut pas faire. Vous n’allez faire que la renforcer. Car vous vous traumatisez en faisant ça, du coup, la prochaine fois que vous allez vous trouver dans une situation inhabituelle, votre cerveau vous enverra directement les signaux forts pour vous arrêter. C’est normal, vous ne l’avez pas écouté la dernière fois !


Le pire dans cette situation, c’est qu’il est malgré ça possible d’arriver à donner le change. Ça peut être en utilisant l’humour, en faisant semblant d’être à l’aise, en parlant fort pour attirer volontairement l’attention et faire un peu de spectacle.

Ça reste du déni.

Mais vous n’aurez fait que du déni, vous aurez tout simplement appris à ignorer votre timidité. Sauf que la crainte sera toujours là, et une simple remarque, une petite pique de rien du tout suffira à fissurer la pseudo-confiance en vous pour vous démolir.

Retour à la case départ, avec un traumatisme en plus.
Voilà ce qui vous attend en essayant d’ignorer votre timidité. Pour moi, ce choix n’a aucun avenir, il est même dangereux. Je peux vous l’assurer, j’ai essayé.

Me concernant…

Pourtant, il y a des anciens timides qui arrivent à être vraiment à l’aise avec les gens au final. Ils ne risquent plus d’être anéantis par la moindre petite critique. Alors comment font-ils ?


Si j’écris cet article, c’est précisément parce que je suis certain de faire partie de ceux-là. Aujourd’hui seulement, à 32ans. Avant ça je faisais partie de ceux qui faisaient semblant d’être à l’aise. Et je me suis fait démolir par des remarques toutes bêtes. C’est pour ça que j’ose le dire et je le répète, il n’y a aucun avenir en ignorant votre timidité.

Vaincre la timidité avec la bonne méthode …

En utilisant la bonne méthode, je suis capable aujourd’hui de monter sur scène devant 300 personnes. Je suis capable de refuser un ordre dans mon travail. Je suis capable d’aller parler à un ou une inconnu(e) dans la rue. Je suis capable de négocier avec un commerçant ou un prestataire. Et je suis aussi capable de recevoir une critique désagréable sans me faire anéantir.

Mais !

Mais attention ! Ça ne veut pas dire que je suis devenu un surhomme. Ça ne veut pas dire que je ne suis plus timide. Je le suis toujours ! Et même si je peux monter sur scène devant 300 personnes, je ne sais pas si je pourrais faire un one-man-show devant 10 000 personnes pendant deux heures. Là encore, c’est ma timidité qui me dit « Attention ! Danger ! ».

La seule chose que ça veut dire, c’est que j’ai déplacé mes limites.

Quelle est la bonne méthode ?

Peu importe où vous en êtes dans votre parcours du combattant, je pense qu’il n’est jamais trop tard pour employer la bonne méthode. À mon humble avis, la bonne méthode, c’est déjà d’accepter que nous sommes des êtres humains. Des êtres d’émotions parfois contraires. On n’est pas des blocs de granites qui vont dans une seule direction. On a une personnalité complexe, profonde, avec nos craintes, notre éducation, nos habitudes et notre timidité. Ah ! Notre fameuse timidité qui s’exprime toujours.

La bonne méthode consiste à accepter le fait d’avoir votre timidité qui se manifeste. Parce qu’en acceptant ça, vous acceptez aussi vos autres désirs. Votre dialogue interne ne ressemblera plus à un bras de fer opposant votre timidité à votre volonté. Votre dialogue interne dira « J’ai la crainte d’aller parler à cette personne pour la draguer. Néanmoins, une partie de moi a envie de le faire. »

Accepter l’ambivalence.

Le simple fait d’accepter cette ambivalence, c’est le premier pas. Acceptez le fait d’avoir des émotions contradictoires. Encore une fois nous sommes des humains, et les humains sont complexes. Donc ne rajoutez pas de la complexité en ignorant certains signaux. Acceptez-les et écoutez-les au même titre que tous les autres.


Car j’en suis sûr aussi à 100%, si vous lisez cet article, c’est parce que vous ne ressentez pas uniquement de la timidité. Vous ressentez très probablement du désir à l’idée d’être à l’aise en société. Vous souhaitez peut-être être capable de recevoir une critique sans vous écrouler ni devenir agressif.
Bref, vous avez envie que votre timidité cesse de vous paralyser. Et ça par contre, c’est très sain.

Quelle action concrète pour que ça marche ?

Mais comment faire ? Quelles actions concrètes faut-il entreprendre pour que ça fonctionne ? Hé bien il faut justement ne pas agir sur la timidité elle-même. La timidité n’est qu’une conséquence de votre confiance en vous.

Pour faire une comparaison stylée, je dirais que la timidité, c’est l’eau qui coule dans votre maison parce que vous avez un trou dans votre toiture. Vous pouvez toujours essayer de passer la serpillère, dès qu’il y aura à nouveau de la pluie, vous aurez à nouveau les pieds mouillés.

Sur quoi faut-il agir ?

Dans ce genre de situation, je suis sûr que vous chercheriez à colmater la fuite. Avec la timidité c’est la même chose. La timidité, c’est l’eau qui vous mouille vos chaussettes. Colmater la fuite, c’est avoir confiance en vous.

Plus vous allez avoir confiance en vous et plus vous allez déplacer vos limites. Progressivement, ce qui vous fait peur aujourd’hui deviendra plus facile. À terme, les nouvelles situations seront moins effrayantes. Votre timidité sera toujours là, mais vous aurez appris à vivre avec. Sans l’ignorer et sans la laisser prendre toute la place.

Enfin, l’ultime question c’est « Comment avoir confiance en soi ? »

Hé bien, à ceci, je suis très content de vous dire que la confiance en soi, non seulement c’est une compétence. Mais c’est surtout une compétence qui se travaille. Peu importe votre niveau actuel de confiance en vous, vous pouvez la développer. Et je dirais même que c’est très important de le faire.


Car la confiance en vous, ça fonctionne exactement comme un muscle. Si vous l’utilisez, elle progresse. À l’inverse, si vous ne l’utilisez pas, elle régresse. Aucune stagnation n’est possible. C’est pour cette raison que les timides qui ne cherchent pas à développer leur confiance en eux deviennent encore plus timides au fil du temps. C’est de cette manière là qu’il vous est possible d’être mal à l’aise, même avec des personnes proches de vous que vous fréquentez tous les jours. M
ais pas vous, plus maintenant.

Sortir de la zone de confort.

Donc, pour améliorer votre confiance en vous, vous devez la mettre à l’épreuve. Vous devez sortir de votre zone de confort mais attention, faites-le avec douceur. Soyez bienveillant envers vous-même. Si vous allez draguer une quelqu’un dans la rue alors que vous n’arrivez pas à acheter une baguette de pain à la boulangerie, alors c’est mission kamikaze. Je peux vous le dire, je l’ai fait ! Vraiment, je l’ai fait. Et ça, c’est faire semblant d’être confiant, comme j’en ai déjà parlé. Ça a un effet désastreux sur votre progression et sur votre confiance. Il ne faut pas faire ça !

Acceptez votre niveau réel. Entreprenez des actions qui vous font sortir très légèrement de votre zone de confort. Vous adapterez ensuite la difficulté. Là-dessus, je ne connais pas votre niveau donc je ne peux pas vous dire quelle action effectuer.

Exercice pratique !

L’exercice que j’aime néanmoins recommander à un « Timide classique », c’est d’aller demander la direction à un passant. Trouvez quelqu’un dans la rue qui vous semble abordable et allez lui demander où se trouve telle rue. Même si vous connaissez le quartier, juste pour vous mettre à l’épreuve. Concentrez-vous sur le fait de parler fort en ouvrant la mâchoire. Sans crier ni grimacer, simplement en montrant que vous êtes là, en regardant votre interlocuteur dans les yeux et en faisant savoir que vous avez quelque chose à dire.

Les humains sont des êtres sociaux et ils apprécient qu’on leur parle pour la plupart. En plus, sans le savoir, vous irez peut-être vous adresser à quelqu’un de timide qui sera ravi de vous répondre.

Exercice plus facile.

Si cet exercice est trop brutal pour vous, commencez par un commerçant. Posez-lui une question en rapport avec son commerce, en principe il sera accueillant avec les gens qui entrent dans sa boutique donc vous ne risquez vraiment pas grand-chose.

Pratiquez cet exercice régulièrement et vous constaterez que vous allez développer votre confiance en vous mais aussi votre capacité à parler aux inconnus. (Bon, si vous êtes un enfant et que vous lisez cet article, écoutez plutôt vos parents et n’allez pas parler aux inconnus, ça peut être dangereux.)

Conclusion.

Pour finir, je dirai qu’il est possible de prendre plaisir à mettre votre confiance en vous à l’épreuve. Vous pouvez apprécier sortir de votre zone de confort, car c’est quelque chose de grisant. Ça vous apporte une énorme satisfaction personnelle et ça vous fait progresser. Que demande le peuple ?

Si je n’avais pas pris plaisir à mettre ma confiance en moi à l’épreuve, je n’aurais jamais accepté que quelqu’un puisse lire ce que j’écris. Impossible du coup de devenir écrivain. Mes idées n’auraient pas pu être lues par d’autres personnes. En un mot, je serai passé à côté de ma destinée.

Je m’appelle Thibault Gavoty.

Je m’appelle Thibault Gavoty, je suis un timide repenti. Aujourd’hui je suis auteur et je signe des dédicaces sur mon premier roman. Je donne des conseils d’écriture à des groupes de personnes. Pourtant, j’ose le dire, développer ma confiance en moi n’a pas été facile. Je suis revenu de très loin, mais le chemin parcouru justifie l’effort.

Si vous voulez connaître mes histoires, mes conseils d’écriture et mon roman venez visiter mon site. Je ne demande pas mieux que de coacher des personnes intéressés par l’écriture. Le blog de Thibault : Vaincre la page blanche.


Un grand merci à Thibault pour cet article de qualité. Si vous me suivez déjà depuis un certain moment, vous savez que la confiance en soi est quelque chose de très important pour diriger votre vie. Faire de la timidité son alliée passe en premier lieu par l’acceptation. Prenez exemple sur la résilience de Thibault. N’hésitez pas à faire un tour sur son blog et même à vous procurer son livre ! 🙂


Prenez soin de votre confiance en vous.

Abonne-toi à ma chaîne YouTube en cliquant ici : Pierre Rondeau

À bientôt sur Dirige ta vie !

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Précédent

7 mois après avoir créé mon blog : le bilan

Suivant

Comment être soi et se foutre du regard des autres

  1. Delph

    Article très intéressant
    pleins de petits conseils a mettre en pratique

  2. Merci Thibault et Pierre pour cet article ! Il m’a provoqué un instant eureka. Les idées de laisser l’émotion s’exprimer sans la bâillonner, puis de réparer la fuite plutôt que d’eponger vont beaucoup m’aider. Je vais les appliquer dans ma quête de confort émotionnel pendant le trading. Merciiii !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén