Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement.

Carl gustave jung
apprendre à vivre ses émotions avec sérénité
Photo by Pierre Rondeau

Si vous n’avez pas lu l’article précédent sur les émotions, cliquez ici : « Les émotions : Le meilleur outil de développement personnel« .

Nous allons voir ensemble les 3 clefs que j’utilise pour apprendre à vivre mes émotions, plutôt que de laisser mon esprit faire sa gymnastique intellectuelle avec elles ! 😉

Le perfectionnisme nuit à cette acceptation

Vous savez, cette tendance qui nous pousse sans cesse à vouloir obtenir la perfection pour tout et n’importe quoi et cela d’une manière plutôt excessive, celle-ci nous pousse à ne pas apprendre à vivre nos émotions.

C’est aussi cette tendance qui nous pousse à ne pas agir et à même parfois, nous détacher de la réalité. Le perfectionnisme peut nous éloigner du moment présent car l’analyse et la gymnastique intellectuelle ne font pas bon mélange avec les émotions trop intenses.

Ce trait de caractère peut nous faire passer d’un extrême à un autre, en d’autres termes il peut tout à fait avoir un effet qui n’a pour autre que maquillé la réalité des choses.

Il est moins fréquent chez certaines personnes très optimistes et très positives, de ressentir un très fort chagrin. Mais lorsque ces personnes traversent une période où elles sont confrontées à un moment de leurs vies où elles sont bouleversés par des émotions désagréables.

Celles-ci ne savent pas toujours comment faire pour ne pas tomber dans une dépression, ni comment faire pour accepter ses émotions qu’elles ressentent.

Et c’est pour cela que nous allons voir ensemble comment faire pour se détacher des situations qui nous mettent dans de tels états affectifs, dans de fortes colères, tristesses, mélancolies, rejets, etc.

1 – Première clef : prendre du recul face à nos émotions

La première solution face à tous genres de problèmes liés à la rencontre de nos émotions les plus désagréables, c’est d’apprendre à vivre ses émotions.

Il faut commencer par ce qui est juste pour vous, votre corps, votre esprit et aussi par ce qui est juste pour votre moment présent, ici et maintenant.

C’est en commençant par prendre du recul par rapport à toutes vos émotions, que vous désignez comme « négatives » en les séparant de leurs contextes et de leurs situations. Et surtout, ne faites pas comme moi et ne cherchez pas la perfection, parce qu’au lieu de la trouvée, vous allez vous faire beaucoup de mal et cela sans même que les circonstances vous y ait incité.

Alors prenez quelques instants, tous les jours, pour respirer et ressentir le moment présent, ici et maintenant. Apprenez à respirer profondément grâce à une pratique de la méditation régulière, concentrez-vous sur ce que votre corps émet comme signal de détresse, ou comme signal d’excitation, d’extase, de vigilance et d’admiration.

Une application pour apprendre à méditer depuis chez vous

Voici une application que j’utilise tous les jours pour m’aider à méditer sereinement et à enlever le pilote automatique de l’intellectualisme et de l’analyse : « Petit Bambou« . Vous pouvez télécharger l’application depuis votre smartphone et profiter du programme découverte.

Petites astuces pour celles et ceux qui n’auraient pas les moyens de se payer un abonnement après avoir terminé les cours gratuits : sur l’application vous avez un onglet « méditation » et vous retrouverez une méditation libre avec des gongs ainsi que d’autres options, le tout gratuitement.

Astuce bonus pour les sceptiques

Si vous n’êtes pas un grand fan de la méditation, essayez tout simplement pendant quelques minutes, dès qu’une émotion puissante surgit et troubles votre comportement et votre vision de la réalité, de prendre quelques instants pour fermer les yeux. Poser votre mains à l’endroit où vous ressentez le plus de tension dans votre corps, et laissez-là réchauffé cet endroit.

Vous pouvez utiliser vos deux mains pour ressentir pleinement votre respiration et les mouvements qu’elle créer dans votre corps. Cela aura pour but de vous recentrez sur ce qui se passe maintenant, et pas sur ce qu’il a pu se passer avant, ni sur ce qu’il va se passer après.

Comprenez que toutes vos situations vécues dans le passés ne sont plus, mais que vous au contraire vous êtes. Alors pensez-y lorsqu’une émotion désagréable resurgit, prenez quelques instants pour fermer les yeux, respirer lentement et poser votre main sur la zone de votre corps qui est en conflit, en tension.

Un dernier conseil pour bien appliquer cette clef → fixez vous pour objectif d’apprendre à vivre avec émotions et a vous détachez de leurs contextes.

2 – Deuxième clef : accepter d’être émotif pour apprendre à vivre ses émotions

Parfois nous nous perdons dans une réalité qui n’est pas celle qui existe réellement. Autrement dit, nous nous réfugions dans une réalité que nous avons créer de toutes pièces à cause de la dure épreuve qui est de surpasser ses peurs en passant à l’action.

Je reconnais que le fait de tout relativiser et de me dire que tous vas bien et qu’il y a une solution porte ses limites.

Lorsque nous sommes bien trop positifs et optimistes, nous mettons de côté nos peurs et nos émotions qui y sont liées. En pensant bien évidement que c’est la bonne solution.

Et puis un jour, elles resurgissent à la surface et se traduisent par de très fortes émotions comme la colère, la tristesse et avec un tout d’effet de surprise. C’est plus précisément à ce moment là que nous commettons l’erreur à ne pas faire, qui n’est autre que de nier l’existence de ces émotions.

Prendre conscience de l’importance de nos émotions

Les émotions que l’on accepte pas sont celles qui peuvent nous détruire à petit feu. La seule solution envisageable est d’accepter leur existence.

Pour essayer de traverser les périodes de notre vie où nous sommes les plus sensibles à ces émotions intenses. Accepter ses émotions en prenant conscience qu’elles font partie de nous. Et qu’elles nous permettent de nous définir en tant qu’être humain.

Et pour vous aider a y parvenir, je vous donne quelques questions à méditer ! Essayez d’y répondre dans un lieu calme et en essayant de vous détaché de la dualité entre votre ego (votre conscience) et vous (votre être).

Toi qui lit cet article, rappelle-toi que tu es tout comme moi un être humain, que tu as des capacités toi aussi et que tu es capable de vivre comme tu le désires si tu t’en donnes les moyens. 🙂

  • À qui est-ce que j’obéis ? À quoi est-ce que j’obéis ?
  • Suis-je vraiment libre d’agir, de faire ou de penser ?
  • Ou suis-je au contraire, manipulé par des croyances limitantes ?
  • Est-ce que ma liberté est une illusion ? Ou est-ce la réalité ?
  • Comment est-ce que je fais pour différencier la liberté de la captivité ?

Armez vous de votre pleine conscience

Vous devez essayez de répondre à toute cette question de manière consciente, sans vous juger fatalement ni vous sous-estimer. C’est une bonne méthode pour apprendre à vivre vos émotions. Notez par la suite, tous les éléments clefs cette prise de recul face à la réalité.

Observez si oui ou non vous êtes plus proche d’un coefficient se rapprochant de la réalité et du moment présent. Ou bien est-ce que votre coefficient se rapproche de l’imagination et de l’irréel ?

Si vous le souhaitez, prenez une feuille et notez « sur l’échelle de la réalité » je suis situé au plus proche de « la réalité » ou de « la fiction« . Ayez une pleine quiétude envers vous-même et votre jugement, vous ne devez comparer votre moment présent aux situations passées.

Cette deuxième clef ainsi que la deuxième sont susceptibles de faire ressortir chez vous des émotions, n’oubliez pas de ne pas les niées si vous souhaitez apprendre à la vivre, ce n’est surtout pas ce qu’il faut faire.

Prenez l’exemple d’une cocotte-minute (autocuiseur), si celle-ci n’avait pas le petit bouchon évacuateur de la vapeur sous pression (la soupape), elle risquerait potentiellement d’explosée. Vous êtes capables de jouer le même rôle que cet évacuateur de vapeur sous pression. Dans ce cas là, essayez d’évacuer la pression par la respiration lente et profonde couplée avec la synergie de la prise de recul. De l’acceptation de ses émotions.

Rappelez-vous que c’est tout de même aujourd’hui et maintenant que vous écrivez demain.

3 – Troisième clef : apprenez à vivre vos émotions en pleine sérénité

Les malheurs qui ne nous tuent pas nous grandissent.

louis pauwels / l’apprentissage de la serenite

Je tiens à rappeler que je ne suis un débutant. Mais que pour écrire cet article, j’ai du faire preuve d’une certaine neutralité. Ainsi que d’un certain raisonnement pour pouvoir être serein.

La sérénité n’est autre qu’un état de calme, de tranquillité et de confiance sur le plan moral de l’être humain. Nous devons être conscients de son existence. Afin d’apprendre à nous rééduquer en l’intégrant dans nos vies et dans notre quotidien.

Elle est synonyme de paix et de quiétude, et nous pouvons tous et toutes accepter d’être plus serein. En commençant par changer notre état d’esprit. Ce n’est pas un drame de vivre des émotions que l’on perçoit comme négatives, positives, agréables ou désagréables… Tant que l’on ne s’égare pas dans une sorte de distorsion de la réalité.

La sérénité est présent dans votre sommeil lors de nuits paisibles

Je vais peut-être vous surprendre, mais nous sommes tous sereins à un moment particulier de notre journée. Et ce moment précis, c’est dans plus particulièrement dans notre sommeil, lors des nuits les plus paisibles.

Nous pouvons être dans un état paisible lors de certaines nuits de sommeil. Car notre mental ne prend pas le contrôle de nos émotions. Toutes nos émotions nous empêchent de voir la réalité. Et c’est très simple à comprendre lorsque vous voyez une personne engloutie par ses larmes de tristesses et que vous essayez de lui dire que tout vas bien, généralement si celle-ci ne détache pas le moment présent de ses émotions, elle ne peut voir la réalité en face.

Il y a toujours une solution malgré tout pour prendre conscience de la réalité lorsque nous sommes submergés par nos émotions. Souvent lorsque l’on est le plus fatigué et en manque d’énergie. Nous pouvons essayer de surmonter celles-ci grâce au contraire de nos émotions.

Néanmoins, la meilleure solution c’est chercher la neutralité de nos émotions, être ni négatif, ni positif dans le moment même. Où nous vivons nos émotions.

C’est une question d’entraînement

Plus vous allez vous entraîner à ne pas laisser votre mental faire une sorte de gymnastique intellectuelle. Plus vous allez pouvoir vous recentrer sur le moment présent et ainsi être en paix avec vous-même.

Quel est le processus pour que la sérénité devienne chez nous, un état naturel ?

Il faut tout d’abord faire preuve d’un certain raisonnement. Ainsi neutraliser toutes les pensées qui vous empêchent de passer à l’action et d’agir objectivement, et cela dès qu’elles apparaissent !

Autrement dit, dès que vous vous sentez triste, en colère, etc. Ou même tout simplement que vous ne trouvez plus le calme, et que cela puise toute votre énergie, essayez du plus profond de votre de cœur de vous pardonner.

Attention, rappelez-vous toujours que tout ce que vous ressentez est à l’origine « neutre ». Et donc qui n’est pas acteur d’un quelconque conflit. C’est bien votre mental qui est à l’origine de l’identification d’une émotion ou d’une situation. Et qu’il va considérer comme positive ou négative, comme pour une action ou une tâche à faire, c’est une dualité entre la plaisir et la douleur.

Alors posez-vous les bonnes questions dès que votre sérénité est troublée par vos émotions :

  • Est-ce que je suis capable de me pardonner pour ce que j’ai fais ?
  • Pourquoi est-ce que je ne me pardonnerais pas ?
  • Quelles sont les pensées qui me font croire que c’est une mauvaise chose d’être émotif ?
  • Comment est-ce que je pourrais faire pour ne plus écouter toutes ses pensées ?
  • De quelle autre manière je pourrais considérer les choses afin d’avoir paix, tranquillité et quiétude ?

Enfin, une dernière question sur laquelle je vous laisse méditer : comment faire pour lâcher-prise et s’oublier un peu ?

Une personne qui sait comment lâcher prise par la pratique de toutes formes de méditation, peut exercer un pouvoir sur elle-même pour ne pas laisser la vie la contrôler.

Cet article auras une suite, car les émotions sont quelque chose qui m’inspire énormément et qui me parle beaucoup. Et je pense réellement que nous aurons toujours beaucoup à apprendre de celles-ci. 🙂

Abonne-toi à ma chaîne YouTube en cliquant ici : Pierre Rondeau

Prenez soin de votre confiance en vous.

À bientôt sur Dirige ta vie !

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •